Maine Coon France
 

Participer à [MCF]

Vous pouvez également
soutenir Maine Coon France
par un don
Sécurisé via PAYPAL

[MCF]_Infos

Site Enregistré
Numéro 00036431


[MCF]_Astuce-01

Age

Calculer

Equivalent "humain"
de l'âge de
votre compagnon !


 
 
 

O [MCF]  >>
Le Maine Coon  >>
Sant  >>
Alimentation  >>
Elevage  >>
Anatomie  >>
Gntique  >>
Photos  >>
COMMUNICATION IMPORTANTE
Août 2013 : Maine Coon France a changé d'adresse

Le site que vous consultez restera en ligne mais ne sera plus mis à jour.
Pour consulter le nouveau site, rendez-vous à cette adresse:
 http://www.mainecoon-france.fr

Ronronthrapie

ET SI LE RONRONNEMENT
AVAIT DES VERTUS THRAPEUTIQUES ?

1- les mystres du ronronnement

La plupart des flins, depuis le chat domestique jusqu'au lion et la panthre, peuvent mettre une vibration profonde et caractristique: c'est le ronronnement ! Ce ronronnement commence ds le plus jeune ge, et se poursuit trs tard. Et bizarrement, on n'en connat pas le mcanisme. On a longtemps cru une vibration de replis du larynx, mais des flins ayant subi (Hardie et al- 1981) une laryngectomie continuent de ronronner. Le diaphragme a t voqu (Stogdale-1985), mais le consensus actuel suggre que le ronronnement est le rsultat de mouvements sanguins dans la veine cave : cette veine se rtrcit pour passer dans le foie et le diaphragme, et dans certains tats neurovgtatifs, le sang formerait des remous dans cette sorte de goulot, ceci provoquerait des vibrations dans tout le corps, jusque dans les cavits crniennes du sinus par l'intermdiaire de la trache artre. En fait, " tout vibre ", et le chat prsente une attitude caractristique de " laisser aller ". Attitude que l'on a longtemps confondu avec un " gros bonheur" . Mais des flins en tat de grande souffrance, ou de grande inquitude sont galement susceptibles de ronronner.

2 - l' nigme des frquences 25/50 hertz

Si l'on analyse le spectre sonore d'un chat qui ronronne, on voit apparatre principalement des sons trs graves, tags sur des frquences de 25 50 hertz. Il s'agit de "basses", bien connues des compositeurs de musique, car elles permettent de provoquer des motions. Donc une action directe du son sur un organisme. Une telle action peut-elle tre mesure ? L'organisation de protection animale Animal Voice, qui tudie de nombreux modes de communication animale, a fait des recherches sur le sujet. Des mdecins orthopdistes ont utilis l'action de ces frquences pour consolider des fractures, pour soigner des arthroses dlabrantes. Avec pour rsultats publis, une acclration du processus de cicatrisation, de cration de tissus nouveaux. En un mot, ces basses frquences auraient une action anabolisante. Paralllement, les chercheurs d'Animal Voice ont trouv des statistiques dans les universits vtrinaires, indiquant qu' lsion gale, et intervention chirurgicale quivalente, les chats auraient cinq fois moins de squelles que les chiens, et se remettraient en forme trois fois plus vite... D' o l'hypothse d'une action anabolisante de rcupration: le ronronnement aurait une vritable action thrapeutique!

3 - Bonheur ou dtresse...une phase de rcupration

Les vtrinaires, au cours de soins prodigus des chats en grande dtresse, savent que ces animaux blesss, en tat de souffrance, trouvent la force de ronronner: on est loin du schma classique du chat qui se laisse aller de bonheur dans les bras de son matre.... Pourtant, dans les deux cas, le ronronnement est en phase avec un phnomne de rcupration. Chez le chat "heureux", c'est le sommeil et un tat de flicit, qui sont bien connus comme tant une phase d'anabolisme (c'est pendant le sommeil qu'on grandit, que l'on construit des tissus, qu'on structure la mmoire de faits de la journe..;). Chez le chat en dtresse, on peut l'interprter comme une raction dsespre de l'organisme pour rsister la maladie. Cette phase de rcupration, de consolidation, est sous l'emprise du cerveau travers le systme neuro-vgtatif.

4 - Le systme neuro-vgtatif

A notre insu, le systme nerveux surveille le corps et actionne nos organes. Le rythme du coeur, la tension pupillaire ou la rtension de la vessie, toutes nos grandes fonctions sont sous l'autorit d'un ensemble de fibres nerveuses: le systme neuro-vgtatif. Ces fibres dites autonomes, car elles ne dpendent pas de notre volont, agissent sur les fibres lisses de tous les organes: elles contrlent le passage des aliments, l'entre et la sortie de l'air, la circulation du sang, etc... Mais ces fibres savent galement activer les glandes, et elles contrlent ainsi l'ensemble de la production hormonale. Ce systme autonome, dont la fonction essentielle est de maintenir l'organisme dans un quilibre vital, comprend deux acteurs, deux rseaux opposs et complmentaires: le systme sympathique, et son antagoniste le systme para-sympathique. Le systme sympathique, dont les fibres s'activent en produisant de la noradrnaline,met en jeu toutes nos capacits de dfense, avec la mobilisation de toutes nos ressources corporelles: lvation de la tension, du rythme cardiaque, de la glycmie..... C'est lui qui nous maintient en veil, en tat de vigilance, et qui dose notre agressivit avec la production de dopamine. Lorsque le systme sympathique est activ, l'organisme "carbure", et consomme trs vite ses rserves, l'ensemble des membranes cellulaires se dpolarise A l'inverse, le systme para-sympathique ( qui fonctionne en produisant de l'actylcholine) a un rle de rquilibrage: c'est lui qui freine l'action du prcdent, et c'est encore lui qui "rpare les dgats": il organise la digestion, il pousse la reconstitution tissulaire (fibroblastes, globules rouges, tissus cicatriciels...), c'est donc un facteur anabolisant. Et c'est encore lui qui pousse la scretion de l'hormone de sommeil, la srotonine. Cette srotonine est produite pendant la journe, et elle s'accumule dans certaines parties du cerveau (aires proptiques), o elle prend le pas sur les facteurs d' veil: le sommeil peut alors s'installer. *Et c'est pendant ce sommeil que l'organisme reconstitue ses forces: c'est souvent le matin au rveil "qu'on se sent guri" d'une affection virale ou bactrienne....

5 - Des souvenirs et des motions

Tous les stimuli qui activent le cerveau, qu'ils soient d'origine exogne (bruit, lumire...) ou endogne (pense, sensation organique...), passent au filtre de deux zones du cerveau dont l'importance est considrable; l'hippocampe, qui reconnat et catgorise les vnements et les objets, et l' amygdale, qui y relie des associations motionnelles, ainsi que des couleurs. un exemple: vous voyez dans la rue passer rapidement un scooter bleu...le mme modle que vous aviez il y a quinze ans...Aussitt, cette vision se cristallise dans l' hippocampe (appel la mmoire factuelle), et reprend vigueur au niveau de l' amygdale o elle fait resurgir mille dtails sur votre engin, mille impressions ou souvenirs sur sa couleur, l'odeur de sa selle... les motions sont de la partie, car c'tait un souvenir fort. C'est le sens de l'odorat qui constitue l' "input" le plus puissant, devant la vision et l'audition.

C'est ainsi que certains agents immobiliers ont un truc: ils font griller du pain et prparent du caf dans l'appartement qu'ils vont faire visiter: les acheteurs potentiels seront ainsi dans l'motion provoque, avec des ides voques de "famille", "bonheur" et "bienvenue"...

6 - Le ronron, comme la "madeleine de Proust" ?

Pour celles et ceux qui ont connu ces merveilleux instants o l'on cotoie une petite boule chaude et soyeuse, colle dans une confiance abandonne, et qui ronronne bruyamment comme pour proclamer son bonheur, l' coute d'un ronronnement joue travers le cheminement hippocampe/amygdale le rle de la " madeleine de Proust". En coutant du ronron, on est transport consciemment dans le pays des souvenirs mus, rejoignant le temps o les soucis n' existaient pas : adieu l' angoisse, au revoir les tracas. Y a t-il intervention de neurotransmetteurs ou d' hormones ? Une trentaine de facteurs ont t dcrits, qui participent l' induction du sommeil. Leurs interactions sont pour l' instant peu connues, d' autant qu' ils ont tous d' autres activits biologiques. Des zones du cerveau trs voisines, en particulier dans l' hypothalamus, voient leurs activits s' entremler, c' est le cas du centre de l' apptit et de celui de l' veil. Inversement, les neurones producteurs de srotonine, issus du tronc crbral, peuvent tre activs alors qu' ils longent l' hippocampe et l' agmydale. En effet, TOUT SE PASSE COMME SI le souvenir/motion dclench par l' coute du ronron entranait la production, ou du moins le relarguage de la srotonine, avec pour effet un tat de srnit qui dbouche sur une phase de pr sommeil lent. Des tudes doivent tre menes, en laboratoires de neurobiologie, pour s' assurer du bien-fond de cette thorie.

Article original publi par Jean-Yves Gauchet sur http://www.effervesciences.com/s_sites/ronron/index.htm
Il y a aussi un article concernant la ronronthrapie sur aniwa



2002-2013 Maine Coon France Tous droits rservs